Thursday, 14 October 2010

Et si c'était vrai - Marc Levy

De quoi s'agit-il?


Royal Poinciana

Ah oui, t'aimes bien lire? Donc, il y a quelque chose que nous partageons déjà.

Je me propose de faire de petits resumés des bouquins que j'ai lu et que j'ai trouvés sympas, intéressants ou tout simplement dont j'ai envie de parler.

On dit qu'il ne faut pas maîtriser une langue pour en faire usage. Voilà ce que je fais, je m'en sers du français que j'ai appris au lycée et à la fac pour exprimer mon avis concernant de differents sujets.

J'espère que ça vous plaît, messieurs et mesdames, et sinon... bon bah tant pis!
 
 
 

Et si c'était vrai - Marc Levy


Couverture

Je commence aujourd'hui avec un tout petit résumé d'un bouquin que j'ai vraiment aimé. Il y a à peu près deux semaines que je l'ai "dévoré" et que j'avais hâte de partager ma petite expérience au monde de la littérature avec vous, si vous n'avez lu ce merveilleux livre pas encore, de la même façon que quelqu'un m'en a parlé à moi.

Arthur, architecte qui vient d'emmenager dans son nouveau appartement à San Francisco, rencontre un esprit qui habite chez-lui.

Lauren, la jeune femme-esprit qu'il rencontre un jour dans la salle de bains sans s'y attendre, est médecin interne à San Francisco, mais à cause d'un accident de voiture elle meurt et reste enfermée dans son corps, qui, a son tour, se trouve dans le coma.

Lors de leur première rencontre, qui a lieu six moins après l'accident de Lauren, Arthur la prend pour une call-girl, en croyant qu'il s'agit d'une mauvaise plaisanterie, une blague que son collègue Paul lui fait... mais à quel point il avait tort. De son côté, Paul lui prend pour un fou en apprenant qu'il voit une femme et qu'il n'y a que lui qui puisse la voir et la toucher. Arthur met quand même quelque temps à finalement accepter pour de bon qu'il n'est pas cinglé et que ce qui lui arrive se passe pour de vrai.
 
Même si au début Arthur et Lauren ne s'entendent pas bien, la fréquentation et la réalisation qu'ils partagent beaucoup plus qu'ils ne l'auraient pas imaginé leur permettent d'arriver à s'aimer tels qu'ils sont, en surmontant l'écart qui les éloigne.
 
Au fur et à mesure que l'histoire se déroule, on se rend compte que tant Arthur que Lauren se sont tous les deux repliés sur eux-mêmes. L'un à cause d'une rélation échouée, l'autre, à cause du travail prenant. En revanche, le fait que Lauren ne peuve communiquer qu'avec lui les pousse à avoir une rélation très proche. De plus, ils doivent unir leurs forces pour battre un ennemi en commun: Lauren va être débranchée à l'hôpital où son corps se trouve car les médecins croient qu'elle ne s'en sortira pas du coma. Arthur décide de voler le corps de Lauren et l'amener à l'ancienne maison de sa mère -décédée quand il était encore très jeune- pour la cacher là où il croit qu'on ne la cherchera pas. C'est là-bas que leur rélation se tourne encore plus intense et qu'ils se rendent compte de cette intensité.
 
Le personnage d'Arthur, avec sa maturité et la profondeur de ses sentiments, tant pour sa mère décédée que pour Lauren, réussit à se mettre dans la poche le lecteur ou la lectrice, qui assiste à une vraie déclaration d'amour et qui est témoin du pouvoir de la foi et la bonne volonté pour bouleverser et sauver une vie humaine.
 
L'histoire finit bien, d'un côté, puisque Lauren reste en vie -elle n'est pas finalement débranchée. De l'autre côté, le roman en finit par nous intriguer, avec un dénouement pas tout à fait hereux mais pas tout à fait inatendu non plus. Laurent s'est enfin eveillée et apparamment elle ne se souvient ni d'Arthur ni de ce qui s'est passé entre eux. Il nous faudra nous rendre à un nouveau rendez-vous avec Marc Lévy pour apprendre ce qui leur arrivera.

 
Levy, Marc (2007): Et si c'était vrai. Paris : Robert Laffont, D.L.

5 comments:

satire and theology said...

Hi Carmen,

I thought I would browse through your archives. I like the red tree.

MyEssaysandReviews said...

Hi Russ,

Yeah, the tree is beautiful... and exotic. Do you speak/read French? :)

satire and theology said...

Hi again Carmen,

I took a little French in Secondary School but sadly I did not try hard in elementary and secondary school like I did with my four post secondary college/University degrees. I did two years of Biblical Greek. I do use the Yahoo Babel Translator that does help me a bit and of course I can deduce say French, Spanish, Italian, or Portuguese better than Russian or Chinese because the characters are more similar to English.

But I am by no means in your league as a linguist. Most Western Canadians and I am in BC, will not know French but most in Quebec will and many in New Brunswick will.

I noticed you changed your Google/Yahoo photo. Nice one. I did with my two theology blog accounts. The photo is now almost identical.

Russ;)

MyEssaysandReviews said...

Hi Russ,

Oh, cool, so you've used Yahoo Translation Tools to read this and my latest post :) Does it work ok? I sometimes use Google Translator, which isn't perfect, but it's fine :)

Greek! Amazing... I studied it for a year at highschool but couldn't go on learning it because the school didn't offer Greek II... Do you reckon it's difficult? I thought so when I was at school :P

satire and theology said...

Hi Carmen,

Yes. It gives me an idea what you are writing about yes, and I have been using it with South American and European blogs I visit. I have not received any complaints about it, and I keep it simple.;) I want to stay out of trouble and most bloggers seem to be female nowadays.;)

I did better at Greek at a Master's level during summer break when I had more time for it while not trying to get A's in everything. NT Greek was hard because it was like three courses worth of work. If you ever take it I would suggest it by distance learning and not with weekly exams, but in way that one can really study the text.:) Rather than more so mainly trying to remember tons of vocab and the changing word endings in Greek which is I admit important but also makes it difficult.

Off to church in -4.

Russ;)